La plupart des conseils aux conteurs, écrivains ou meneurs de jeu, mettent l'accent sur l'implication des cinq sens au lieu des deux seuls sens de vue et de l'ouïe afin d'obtenir des descriptions immersives et captivantes.

Or, certains sens évoquent plus facilement des émotions que d'autres. La vue et de l'ouïe permettent de percevoir de loin, tandis que les odeurs, le toucher, le goût, ont tendance à affecter plus directement l'intimité du sujet de perception.

Ainsi, les parties visuelles et auditives d'une description susciteront difficilement des réactions émotionnelles, tandis que les parties olfactives, tactiles et gustatives de cette même description y parviendront plus facilement.

Le remède habituel à cette difficulté consiste pour le conteur à décrire également les effets émotionnels des perceptions visuelles et auditives. Cependant, sauf bien entendu pour les gens de grand talent, capables à la fois de décrire et de faire avancer l'action, rallonger la description implique de ralentir l'action.

Le conteur moyen devra nécessairement se contenter, quant à lui, de pratiquer un arbitrage entre le temps qu'il consacrera à décrire les perceptions des personnages et le temps qu'il consacrera à narrer l'action, afin que l'intrigue se poursuive à un rythme acceptable.

C'est là qu'intervient une technique bien utile basée sur la synesthésie.

D'après Wikipedia, la synesthésie (du grec syn, avec, union), et aesthesis, sensation) est un phénomène neurologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés.

Utiliser la synesthésie dans une description consiste à affecter à une description visuelle ou auditive des caractéristiques, adjectifs, aspects, connotations, dénotations, associés normalement à d'autres sens.

Par exemple, une odeur bleue, une couleur nauséabonde, une voix glissante, un goût strident. Howard Philips Lovecraft ne fait pas autre chose en décrivant la voix profonde, vide et gélatineuse de la créature dans sa nouvelle "La déclaration de Randolph Carter".

Ces juxtapositions synesthétiques, apparemment absurdes, ne peuvent être interprétées directement par la raison. Elles suscitent directement un ressenti basé sur la combinaison des connotations associées aux mots employés.

Lorsque la juxtaposition directe n'est pas possible, ou que le temps manque au conteur pour créer un effet (par exemple s'il souhaite improviser), il demeure possible de décrire de manière synesthétique en procédant à des comparaisons.

À titre d'exemple, "les remparts de la cité se dressent dans un désordre harmonieux comme le chant cristallin d'une myriade d'oiseaux à l'aube".

L'emploi de la synesthésie permet donc au conteur de faire des descriptions plus synthétiques, plus courtes, et néanmoins de conserver un certain impact en termes de ressenti émotionnel.

Il n'est pas matériellement possible de présenter les infinies possibilités du langage et de ces juxtapositions synesthétiques.

Cependant, le meilleur outil pour s'aider à réaliser de telles descriptions sera probablement le recours à un simple dictionnaire des synonymes.